Publications | 15 décembre 2021

Plotin, traité 30 sur la nature, la contemplation et l'Un

Traité de Plotin introduit, traduit et commenté par Bertrand Ham.

Le Traité 30 (III, 8) est consacré à la démonstration de la thèse paradoxale que tous les êtres, y compris ceux qui sont privés de raison et de représentation, contemplent. Il insiste particulièrement sur le fait que la Nature produit le monde sensible, sans action ni réflexion, en demeurant dans une pure contemplation, reflet de celle de l’âme supérieure et ultimement de l’Intellect où être et pensée s’identifient. En revanche, l’âme humaine oscille entre la pure contemplation et sa forme dégradée, la discursivité impliquée dans toutes les productions, actions ou spéculations des hommes, qui pourtant, dans ce détour, ne visent encore qu’à contempler. Ce traité est aussi le premier traité de ce qu’on appelle la « tétralogie antignostique ». Il amorce sous un mode encore souriant, la polémique qui se durcira dans le Traité 33. Le monde sensible vient de la contemplation silencieuse et paisible de la Nature, non de la chute catastrophique de l’éon Sagesse et du façonnage laborieusement réfléchi du démiurge de la Genèse qui contamine l’exégèse gnostique du Timée. Le traité s’achève sur la remontée à l’Un-Bien, pôle transcendant de toute contemplation, à la fois au-delà de l’Intellect et Père de sa Beauté.

Dernière mise à jour :

Il y a 1 minute

Administration